Soumis par Pierre Degand le dim, 03/24/2019 - 19:45

Le taux de bien-être des 60+ est largement supérieur à celui des autres tranches d’âge.  Ce constat est aussi bien valable en Belgique que dans les pays limitrophes.
Cette génération envisage également le vieillissement de manière optimiste. Cependant, cet optimisme conduit aussi à sous évaluer l’importance de se préparer à ses vieux jours.

 

68% des Belges âgés de plus de 60 ans envisagent le vieillissement de manière positive

Dans son étude sur le vieillissement (1), la Fondation Roi Baudouin (FRB) montre que les 60+ envisagent positivement leurs vieux jours. L’enquête a été réalisée auprès de 2000 Belges de 60  à 85 ans qui  ne se trouvent pas en perte d’autonomie.  Les principaux avantages que les personnes retirent de cette période de la vie confirment les témoignages des participants aux séminaires de préparation à la retraite de Sequoia Ways. Cette nouvelle période de vie qui s’ouvre à eux est l’occasion d’enfin vivre à son rythme, d’avoir davantage de temps pour soi mais aussi pour ses proches et d’enfin faire les choses que l’on a toujours reportées. 70% des  idées associées au vieillissement sont positives. A nouveau, quand au début des formations on interroge les participants sur leurs attentes à la retraite et leurs craintes, les attentes et projets sont bien plus nombreux que leurs questionnements.

Les 60+ sont plus heureux que la moyenne de la population belge

Dans son étude la FRB a calculé un niveau de bonheur sur une échelle de 0 à 10. Les personnes interrogées obtiennent un score de 7,4 contre 6,9 dans une étude précédente qui portait sur l’ensemble de la population. Il faut cependant souligner qu’un répondant sur trois envisage le vieillissement de manière plus négative. C’est une personne sur deux parmi les répondants qui craint une aggravation de sa santé ou qui a le sentiment de ne pas bénéficier d’un bon soutien social.


Plus on a une vision positive du vieillissement, moins on se prépare

Ils ne sont que 26% à avoir entamé des actions pour se préparer à leurs vieux jours. Les moins de 70 ans et les personnes en bonne santé ne se préoccupent pas ou peu de leur futur. En matière de préparation, c’est l’aspect financier qui tient le haut du pavé devant l’aménagement du domicile ou la recherche d’un logement et le maintien d’un mode de vie actif. Dans une étude précédente, la Fondation Roi Baudouin avait déjà démontré qu’un Belge sur trois seulement se préparait à la retraite.  Sans surprise, la préparation augmente  avec l’âge et les répondants qui connaissent une personne dépendante ont plus tendance à se soucier de leurs vieux jours.  Enfin, plus une personne se sent socialement isolée et moins cette dernière entame une réflexion sur ces vieux jours. Il en va aussi de même pour les personnes qui ont un niveau de formation peu élevé (max niveau secondaire inférieur).


Vieillir chez soi en premier lieu !

84%  des personnes interrogées estiment que leur logement est parfaitement adapté à leurs vieux jours. Il faut souligner que 18% des répondants ont déménagé après la retraite. Enfin, en supposant qu’ils aient un jour besoin d’aide, les répondants privilégient à 72% les soins par un proche (famille, amis) et à 41%  les soins prodigués par un soignant professionnel.


Les 60+ sont prêts à s’entraider

60% des répondants sont favorables à s’investir dans des réseaux de voisins. Ces derniers permettent de tisser et de renforcer des liens entre voisins. Ils reposent sur des aides diverses : cuisiner, faire les courses, sortir les poubelles, passer des soirées en groupe, etc..

 

Pierre Degand
Sequoia Ways / Réseau Sequoia

J’encourage les seniors à se sentir moins seniors, les retraités moins en retrait.
 

Ajouter un commentaire